Page images
PDF
EPUB

intérêt s'affaiblit à mesure que

la mémoire de ces acteurs s'éloigne , et il est nul pour les français qui ne connaissent pas les théâtres de Londres.

Il existe aussi un poëme sur l’Education , écrit dans le style spensérique.

Je pourrais encore citer quelques poëmes didactiques, mais c'est sur-tout dans ce genre facile que la médiocrité n'est pas supportable.

And mediocrity, the muse Did never in her sons excuse.

LLOYD, epistle to J. B.

* Et la médiocrité, jamais la muse ne l'excusa dans ses enfans.

POËMES DESCRIPTIFS.

UT PICTURA POESIS.

Here bold description paints.
Her pencil touches, and the world is seen;
The fields look beauteous in their flowery pride,
The mountains rear aloft, the vales subside ;
The cities rise, the rivers seem to play,
And hanging rocks repell the foaming sea ;
The skies, extended in an open
Appear a lofty distant arch of blue;
In which description stains the painted bow;
Or thickens clouds, and feathers out the snow;
Or mingles blushes in the morning ray,
Or gilds the noon, or turns an evening gray.

view,

[ocr errors]

PARNELL, on styles of poetry.

Vivement frappé des beautés de la nature, le poëte quitte la lyre et prend le crayon; il ne chante plus, il peint; ses pensées sont des images, ses pages des tableaux.

*Ici la description hardie peint, son pinceau se promène, et le monde paraît: les champs nous charment par leur pompe fleurie ; les montagnes s'élèvent , les vallées s'enfoncent;

(La suite à la page suivante.)

Le poëte - peintre par excellence est Thomson : jamais on n'observa mieux la nature; jamais on ne la rendit plus fidèlement. Dans ses vers, tout est végétation, tout est vie, tout est mouvement : l'arbuste bourgeonne , la fleur s'épanouit , l'arbre se balance ; vous entendez bruire le vent, bourdonner la mouche , mugir le taureau ; vous voyez le ruisseau s'enfuir, l'oiseau voltiger,

l'homme travailler ; vous ne lisez pas, vous contemplez.

Souvent même il vous dit, ou plutôt il vous montre ce que cent fois vous avez vu, dans la campagne, d'un oeil inattentif ; il vous peint l'oiseau :

les cités se développent, les rivières semblent jouer ; et les rochers menaçans repoussent la mer écumante ; les cieux étendus dans une vaste perspective, semblent dans le lointain une superbe voûte bleue ; la description y colore l'arc en ciel, ou épaissit les nuages, et fait voltiger la neige, ou mêle la rougeur au rayon du matin, ou dore le midi, ou teint le soir en gris.

With bill ungulpht Shaking the sounding marsh.

THOMSON, spring.

Avez-vous, aux approches d'une pluie, observé les nuages :

At first a dusky wreath they seem to rise ,
Scarce staining ether; but, by swift degrees
In heaps on heaps the doubling vapour sails
Along the loaded sky, and mingling deep
Sits on th' horrison like a settled gloom. **

THOMSON, spring.

* Avec un bec engouffré, ébranlant le marais (couvert de glace) qui retentit.

1

**D'abord comme une guirlande noirâtre (1) ils semblent

s'élever, teignant à peine le ciel; puis par de doux et prompts degrés, en monceaux sur monceaux la vapeur qui se double navige le long du ciel chargé, et se mêlant plus épaisse s'asseoit sur l'horizon comme une obscurité fixe.

(1) Ou plutôt crépusculeuses

Vous n'avez sans doute pas remarqué tous les détails d'une soirée d'hiver

; Vernet les peindrait - il mieux que les vers suivans :

When from the pallid sky the sun descends
With many a spot, that o'er his glaring orb
Uncertain wanders, stain'd; red fiery streaks
Begin to flush around. The reeling clouds
Stagger with dizzy poise, as doubting yet
Which master to obey; while rising slow,
Blank, in the leaden-colour'd east, the moon
Wears a wan circle round her blunted horns.
Seen thro' the turbid fluctuating air,
The stars obtuse emit a shiver'd ray;*

1

*Quand du ciel pâlissant le soleil descend couvert de plusieurs taches qui, sur son orbe dont l'éclat

effraie, errent incertaines ; des raies d'un rouge ardent, jaillissent à l'entour. Les

nuages

ébranlés vacillent dans les vertiges de l'équilibre, comme doutant

encore

à quel maître obéir; tandis que se levant lentement pâle, dans l'orient au teint plombé, la lune porte un cercle blême autour de ses cornes émoussées. Vues à travers l'air flottant et troublé, les étoiles obtuses jettent un rayon brisé,

« PreviousContinue »