Page images
PDF
EPUB

The other dame seein'd ev'n of fairer hue; But bold her mien , unguarded roy'd her eye; !, And her flush'd cheeks confess'd, at nearer view, The borrow'd blushes of an artful dye. All soft and delicate , with airy swim Lightly she danc'd along; her robe betray'd, Thro’ the clear texture, every tender limb, Height’ning the charms it only seem’d-to shade;' And, as it flow'd adown, so loose and thin, Her stature show'd more tall, more snowy-white her skin.*

LOWTH , the choice of Hercules.

Pour finir le parallèle entre les deux ouvrages, celui de Shenstone ressemble

*L'autre dame offrait le plus beau tein d'une

blonde ; son air était hardi, son æil errait sans contrainte, et ses joues colorées révélaient, en approchant, la rougeur empruntée d'un tein , ouvrage de l'art ; mollement délicate, dans un abandon aérien, sa démarche était une danse légère; sa robe trahissait, sous le clair tissu, les membres délicats, réhaussant les charmes qu'elle semblait seulement

voiler ; et en flottant à terre, lâche et transparente, elle faisait paraître sa taille plus haute et son sein d'une

neige plus blanche.

*

[ocr errors]

davantage à la volupté; celui de Lowth à la vertu. Comme Hercule, j'ai penché d'abord pour le premier ; mais je me suis décidé

pour

le second. LE poëte du mallieur, Savage, dont j'ai déjà parlé , s'est peint lui - même dans le Bâtard. On exprime avec bien plus de vérité et de force des maux qu'on a éprouvés. J'ai donné la traduction de cette pièce qui passe pour son chef-d'oeuvre.

Il est , dans le genre moral, genre qui plaît sur-tout au caractère anglais, beaucoup d'autres poëmes. J'ai parlé de ceux qui devaient fixer davantage l'attention. C'en est assez pour remplir le but de cet ouvrage ; je fais une poétique et non un dictionnaire.

POËMES POLITIQUES.

There flies about a strange report
Of some express arriv'd at court!
I'm stopp'd by all the fools I meet,
And cathechis'd in every street:
» You, master Dean, frequent the great,
» Inform us, will the Em

will the Emperor treat? » *

SWIFT , Horace imitated.

Qu'a donc à démêler, avec la sombre et mystérieuse politique, l'aimable et franche poésie? Pour moi, je ne lis point de vers politiques. La prose froide et méthodique me semble mieux adaptée aux combinaisons lentes et réfléchies de l'art de gouverner. Que Corneille , Shakespeare et Voltaire développent sur la scène les hautes et profondes pensées d'un conquérant, d'un législateur, on applaudit, on sait par coeur ces passages brillans ; mais un poëme entier sur la politique , qui peut en soutenir la lecture ?

2

*Il court par la ville un étrange bruit de quelqu'exprès arrivé à la cour. Je suis arrêté par tous les fous que je rencontre et catéchisé à chaque rue : » vous, M'. le doyen, qui fréquentez les grands, » dites-nous, l'empereur va-t-il traiter ? »

COWLEY, l'un des plus anciens poëtes anglais , n'a point achevé un poëme qu'il avait commencé sur la

guerre civile , qui conduisit Charles I'. à l'échafaud. Le sujet était cependant l'un des plus beaux que la politique pût offrir. Je citerai le début qui s'adapte si bien à la révolution française et semble peindre le règne de la

terreur :

What rage does England from itself divide ,
More than the seas from all the world beside ?

*

*Quelle rage divise l’Angleterre d'elle-même , plus que les mers ne le sont du monde qu'elles entourent? * De tous côtés j'entends gronder le canon, de tous côtés le sang gronde plus haut encore. Quel terrain anglais n'est pas encore souillé du sang des jeunes gens, ou des larmes des mères ? quel air n'est épaissi des soupirs des épouses, et plus encore de ceux des jeunes filles qui pleurent

From every part the roaring cannons play,
From every part blood roars as loud as they.
What English ground but still some moisture bears
Of young men's blood, and more of mothers' tears?
What airs unthicken’d with the sighs of wives,
Tho' more of maids for their dear lovers' lives?
Alas! what triumphs can this victory show
That dies us red in blood and blushes too?
How can we wish that conquest which bestows
Cypress, not bays, upon the conquering brows? *

COWLEY, on civil war.

Je laisse à des lecteurs plus hardis que moi à lire le Triomphe de la paix et

leurs amans ? Hélas ! quels triomphes peut donner cette victoire. qui nous fait rougir et de sang et de honte? et comment desirer une conquète qui place des cyprès, et non des lauriers, sur le front du vain

queur ?

« PreviousContinue »