Page images
PDF
EPUB

plats quolibets qui excitent le gros rire de la populace ! Tel est , tel du moins m'a paru être,

, ce fameux Hudibras , dont on prétend que les anglais sont si fiers.

Butler vivoit du tems de Cromwell. Pour détourner ses compatriotes des guerres civiles et religieuses, il imagina de les tourner en ridicule. Hudibras, son héros, est un juge presbytérien , enthousiaste dans son parti , vieux laid , bossu , hideux. Monté sur un mauvais cheval, et suivi de Ralph son écuyer , qui est de la secte des indépendans , il parcourt la contrée pour la purger de ceux du parti adverse, et est sans cesse baffoué.

On voit que c'est une imitation de Don Quichotte et de Sancho Pança, Mais

que la copie est loin du modèle! Johnson, tout en vantant le poëme , convient que cette association de la justice et de la chevalerie n'est point heureuse. « Don Quichotte est lu de

vers

» toutes les nations, dit Voltaire, et » Hudibras n’est lu que des anglais : mais est - il bien sûr qu'il existe un anglais qui l'ait lu tout entier ?

Voltaire a eu le courage de traduire le commencement de ce poëme; mais il a rendu en quatre - vingts vers ce qui, dans l'original, en occupe quatre cents (1).

Et ces dix mille cinq cents d'Hudibras ne sont que le prélude du poëme que l'auteur n'a point achevé ; et dans neuf mortels chants, il n'y a pas

neuf évènemens; tout se passe en éternelles discussions, entre le juge errant et son écuyer, sur de misérables subtilités métaphysiques ! Comment Voltaire a-t-il pu dire

que l'auteur de ce bizarre poëme péchait par trop d'esprit ? Pour moi, je pense de Butler comme de Rabelais; l'espèce

(1) Dictionnaire philosophique, article : PRIOR, BUTLER et SWIFT , édition de Kelh, in-89., tome 42, page 409.

en

vers

autre

de réputation qu'ils ont eue, qu'ils ont peut-être encore, est un préjugé littéraire dont on commence à se guérir.

Eh bien, il existe de cette rapsodie mal rimée, une traduction français. Cet intrépide traducteur était sans doute un admirateur fanatique de Butler , et a voulu prouver que

l'on pouvait faire plus mal que lui. Il a sagement gardé l'anonyme.

Le même Butler a fait un poëme beaucoup plus court, mais assez long encore, puisqu'il raconte en cinq cents vers la fable de l'animal dans la lune, qui en contient à peine quatrevingt dans La Fontaine. Une singularité assez remarquable, c'est qu'après avoir fait ce poëme en vers de huit syllabes, Butler le resit en vers de dix syllabes , conservant presque toujours le même sens et les mêmes rimes. En voici un passage. On sait qu'il s'agit d'astronomes qui crurent voir un éléphant dans la lune, parce qu'une souris s'était glissée dans la lunette d'approche :

One peeping in the tube, by chance,
Beheld the elephant advance,
And from the west side of the moon
To th' east was in a moment gone;
And ev'ry man amaz'd anew
How it could possibly be true
That
any

beast should run a race
So monstrous in so short a space.*

On va voir qu'il ne faut pas un grand effort d'esprit pour allonger le vers :

A member peeping in the tube, by chance,
Beheld the elephant begin t'advance;

Quelqu'un regardant dans le tube, par hazard,
vit l'éléphant s'avancer ,
et de l'ouest de la lune
dans un moment aller à l'est.
Chacun s'étonna de nouveau ;
comment il pouvait être possible
qu'un animal fit une course
si monstrueuse en si

peu

de tems.

** Un membre regardant dans le tube , par hazard , vit

que l'éléphant commençait à s'avancer,

That from the west-by-north side of the moon
To th'east-by-south was in a moment gone;
And every person was amaz'd anew
How such a strange surprisal should be true,
Or any beast perform so great a race,
So swift, and rapid in so short a space,

BUTLER ,, the elephant in the moon.

Il est un genre de poëme comique que l'on pourrait nommer demi-burlesque , et qui paraît beaucoup plus agréable ; c'est celui où un sujet plaisant et bourgeois est traité en style héroïque et sérieux. Tel est le brillant Shelling de Phillips, écrit dans le style de Milton ; ouvrage devenu classique et qui se trouve dans tous les recueils

de vers.

*et du nord-ouest de la lune au sud-est aller dans un moment. Chaque personne fut étonnée de nouveau ; comment une si étrange surprise pouvait être vraie , ou qu'aucun animal pût faire une si grande course si prompte, si rapide dans si peu de tems.

« PreviousContinue »