Page images
PDF
EPUB

Cette plaisanterie a donné lieu à une parodie, intitulée : the Crooked six pence (la Pièce de six sous crochue), par Bramston, et cette parodie a été encore parodiée dans une troisième pièce, intitulée : the Copper farthing (le Liard de cuivre), par miss Pennington.

A PEU PRÈS dans le même genre on lira encore avec plaisir , the Schoolmistress ( la Maitresse d'école), de Shenstone , écrite en stances à la manière de Spenser, très-ancien poëte anglais.

C'est, dit Dodsley, un de ces bon» heurs dans lesquels un » surpasse lui-même. Le vieux langage » dont il se sert, répand sur l'ouvrage » une solennité vraiment plaisante. Je n'en citerai que la seconde stance et regrette de n'en pouvoir citer davantage:

auteur

se

In ev'ry village mark'd with little spire, Embower'd in trees, and hardly known to fame,* There dwells, in lowly shed, and mean attire , A matron old, whom we school-mistress name; Who boasts unruly brats with birch to tame. They grieven sore, in piteous durance pent; 'Aw'd by the pow'r of this relentless dame; And, oft-times, on vagaries idly bent, For unkempt hair, or task unconn'd, are sorely shent.*

* Dans chaque village, marqué par un petit clocher, entouré d'arbres, et à peine connu de la renommée

SHENSTONE, School mistress,

Telle est enfin la parodie du fameux monologue d'Hamlet : to be or not to be, être ou n'être pas, de Shakespeare. On fait dire à un auteur : to print or not to print, imprimer ou ne pas imprimer.

* là, demeure, dans un humble hangard et un chétif

attirail, une matrone vieillé, que nous nommons maîtresse

d'école. Elle se vante de dompter avec des verges des marmots

étourdis, ils souffrent cuisantes douleurs dans leur piteuse

prison,

tremblans sous le pouvoir de l'inflexible dame

et souvent, soumis à de vaines boutades, pour des cheveux mal peignés, ou une tâche malfaite

sont douloureusement corrigés.

Je devrais parler ici des poëmes critiques ; mais ce genre ne va point à mon humeur. Je n'ai lu ni la Dunciade de Pope, ni, à plus forte raison, celle de Palissot. La critique y est trop personnelle. Je préfère la satire qui, avec plus de dignité, attaque moins les hommes et les auteurs , que les mours et les ouvrages.

SATIRE.

Of all the ways that wisest men could find
To mend the age and mortify mankind,
Satire well writ has most successful prov'd
And cures because the remedy is lov'd.
This poem must be more exactly made,
And sharpest thoughts in smoothest words convey'd.
Some think, if sharp enough, they cannot fail ,
As if their only business were to rail ;
But human frailty nicely to unfold
Distinguishes a satire from a scold;
Rage you must hide, and prejudice lay down;
A satyr's smile is sharper than his frown. *

BUCKINGHAM, essay on poetry.

Les deux genres de poésie dans les quels l'anglais est le mieux secondé par

*De tous les moyens que le sage peut trouver pour corriger le siècle et mortifier le genre humain , la satire bien écrite est celui qui a le plus de succès : elle guérit, parce que le remède est aimé.

(La suite à la page suivante.)

et

sa langue, sont le poëme descriptif et la satire. L'abondance des expressions qui appartiennent à cette langue ou qu'elle a empruntées des autres , l'inépuisable mine de ses adjectifs composés , lui donnent une merveilleuse facilité de peindre jusqu'aux moindres nuances des objets; en même tems que ses mots, en grande partie monosyllabiques, lui permettent de serrer le sens dans le vers, et d'aiguiser davantage le tranchant de la satire. Ainsi cette langue convient également bien au genre qui exige le plus de poésie et à celui qui en exige le moins.

Ce poëme doit être plus correctement travaillé , et les pensées les plus piquantes rendues dans les

expressions les plus douces. Quelques auteurs , dès qu'ils sont mordans, pensent

réussir , comme si leur seule affaire était de railler; mais dévoiler délicatement la fragilité humaine, distingue la satire de la réprimande. Cachez la fureur, écartez le préjugé : le sourire d'un satire est plus piquant que sa colère.

« PreviousContinue »